fbpx
La Suède est LE pays de l'éducation bienveillance envers les enfants

La société suédoise est un modèle précurseur dans différents domaines liés à la parentalité et à l’éducation bienveillante. On envie tous leur congé parental de deux ans payés à 80% (pour les 21 premiers mois) et à se répartir entre le papa et la maman. En France le congé paternité va passer à 28 jours (dont 7 obligatoires) en juillet prochain (NB. Giacomo : en Suisse, on est passé à 10 jours en janvier 2021…). On est encore très loin de la Suède.

Mais qu’y a-t-il d’autres de précurseur dont on pourrait s’inspirer ?
Leur bienveillance à tous les niveaux de la société !

En 1979, la fessée a été abolie en Suède (2016 pour la France) et c’est le point de départ de l’éducation bienveillante qui s’est mise naturellement en place.

Cet article a été écrit par Nadia Davouloury créatrice du podcast “Grands Défis & Tout-Petits” que tu peux retrouver en cliquant ici.
A écouter sans modération 🙂

L’éducation : un modèle de bienveillance

En Suède, les parents ne crient pas sur leurs enfants.

Mais comment font-ils ?

A travers différentes discussions j’ai compris pourquoi : les Suédois ont adopté ce modèle d’éducation bienveillante depuis déjà deux générations. Alors quand nous, les trentenaires d’aujourd’hui, essayons de déconstruire notre éducation reçue pour adopter le modèle positif et bienveillant, les suédois, eux, ont passé cette étape à la génération précédente. Les grands parents suédois sont donc déjà inscrits dans ce modèle de bienveillance.

La difficulté réside dans la déconstruction de notre éducation traditionnelle. Un véritable défi que je suis sûre, chacun vit tous les jours ! Nous sommes dans une génération de transition avec cette lourde tâche de s’informer, se documenter, s’entraider pour transmettre aux générations futures un modèle d’éducation bienveillant et égalitaire, et que cela devienne inné pour eux.

Mais devons-nous pour autant nous flageller à la moindre rechute ?
La réponse est un grand NON !

Car en étant dans cette génération de transition, en portant cette double responsabilité, nous avons le droit à l’erreur ! Et c’est aussi par-là que ça commence, en étant bienveillant avec soi-même.

Et ça consiste en quoi l’éducation bienveillante ?

Si on devait définir l’éducation bienveillante en une phrase, ce serait celle-ci :

Définition de l'éducation bienveillante par le podcast Grands défis & Tout-petits

Sur ce principe, ils bannissent les fessées, les punitions, les chantages et même les récompenses. Car tous ces moyens apportent des solutions à court terme, mais sur le long, ils dégradent la relation d’un parent à son enfant. Et pire, on apprend à nos enfants à fonctionner sur un système donnant-donnant, au lieu de développer chez eux la confiance en soi, la spontanéité et l’autonomie.

A tous ceux qui diront que les suédois élèvent une génération d’enfant roi, ceux-là confondent bienveillance et laxisme. Eduquer ses enfants dans la bienveillance implique qu’il faut définir des limites claires. C’est un gros détail qui est trop souvent oublié, mais indispensable !

La bienveillance qui booste la confiance en soi

En ayant aboli la fessée, mais aussi les VEO (Violences Educatives Ordinaires), depuis déjà deux générations, les enfants suédois d’aujourd’hui ont la chance de bénéficier d’un modèle d’éducation nationale qui se concentre sur l’apprentissage de l’enfant à vivre en société plutôt que sur le savoir-faire.

Il n’y a pas de systèmes de récompenses ou de punitions. Les élèves les plus difficiles ont un accompagnement adapté tout en étant intégrés. C’est là déjà, une preuve de respect de l’enfant et de son bien-être.

En France, on instaure dès la maternelle un système de bonus-malus en fonction du comportement de l’enfant. Cela a pour effet de catégoriser les élèves dès leur première année d’intégration dans un groupe. De quoi décourager à un âge où le cerveau se développe petit à petit ! Mais les moyens humains ne sont pas les mêmes qu’en Suède, les écoles françaises font avec le budget qu’on leur donne…

Les parents ont aussi lu cet article :  Les 6 clefs du bonheur parental selon les danois

Plus grands, les adolescents définissent leur parcours scolaire en fonction de leurs affinités. Les enfants sont ainsi encouragés dans des matières qu’ils aiment, plutôt que découragés dans les matières les plus difficiles pour eux.

Le mot d’ordre, en Suède, étant toujours d’inclure et banaliser les difficultés pour que l’enfant sache vivre avec. Ce modèle d’éducation bienveillante est un véritable accélérateur de confiance en eux.

Pourquoi changer nos pratiques et adopter l’éducation bienveillante dans notre quotidien ?

A notre époque, nous, jeunes parents, avons grandi dans ce système où l’on pointe du doigt les difficultés et nous n’en sommes pas mort !

Le constat est que nous vivons, aujourd’hui, dans une société différente et qui a évolué, grâce, notamment, à l’avancée des sciences et leurs déclinaisons pratiques chez les tout-petits.

Nous savons, par exemple, que derrière chaque « caprice » de nos jeunes enfants, il y a un besoin légitimement fondé et non assouvi. Alors en tant que parents et ayant plus de connaissances et de moyens d’informations que les générations précédentes, nous avons le choix entre réagir de manière traditionnelle (en refoulant les besoins) ou réagir de manière bienveillante et emphatique pour aider à développer ces mêmes qualités chez nos enfants.

L’éducation bienveillante s’inscrit tout simplement dans l’évolution des sociétés et de l’humanité.

Les moyens d’informations modernes, on les retrouve sous forme de livres, d’émissions télévisées, de vidéos sur le web, mais aussi de podcasts dont le mien : Grands Défis & Tout-Petits où je libère la parole des parents souhaitant partager leurs difficultés sans tabou (et c’est disponible sur toutes les plateformes d’écoute !

Merci à Giacomo Genna pour m’avoir laisser écrire cet article dont le sujet me passionne et me tient beaucoup à cœur.

Tu as aiméUn regard d’ailleurs : l’éducation bienveillante en Suède ?
Voici d’autres articles que tu apprécieras :

C’était : “Un regard d’ailleurs : l’éducation bienveillante en Suède”

“Pour une parentalité épanouie, positive et bienveillante” Giacomo

PS: Si cet article Un regard d’ailleurs : l’éducation bienveillante en Suède” t’as plu, partage-le à tes amis en cliquant ici. J’en serai ravi ☺️ Merci !